Goutiplet : détective privé

Goutiplet Yaourt
17 mai 2019
Le Goutiplet cet animal extraordinaire
17 mai 2019

Goutiplet : détective privé

Goutiplet et le brouillard de Venise

L’histoire de Goutiplet – Préface

1997 – Venise, chez Goutiplet

Ce n’est pas sans une certaine émotion que je vais vous compter les aventures de Jacob Richard Goutiplet. Mon ami détective privé, vivant à Venise. Ses exploits auraient suffit à enorgueillir n’importe quel être humain. Mais il n’en a pour autant jamais compté le moindre fait à quiconque. J’étais son assistant durant cette période, mais malheureusement je ne connais pas les détails de ses aventures. Cependant, être humble, ce n’est pas être modeste, et à ma grande surprise, Goutiplet avait soigneusement gardé un journal. Celui-ci relatant les faits et descriptions de son enquête. Il l’avait gardé pour lui jusqu’à sa mort, 10 ans plus tard. Contrairement à lui, je ressens le besoin de partager cette histoire.

Je me suis permis d’organiser ses notes et d’en compter les propos de mon point de vue. Pour cela je me suis inspiré d’écrivains accomplis comme Arthur Conan Doyle

J’écris cette nouvelle avec une pensée pour mon collègue Antonio, dit “Le père des amérindiens”, et son histoire

Venise, morose

Chapitre 1

Tout était si lent en ces temps de brouillard… La ville tournait au ralenti depuis qu’il s’était abattu sur Venise. Il était si épais qu’on n’aurait su discerner les toits des immeubles alentours depuis la rue. Et ici, les immeubles ne dépassent pas les 2 étages… Il régnait dehors une ambiance si froide que personne ne sortait sans y être contraint de quelconque manière.

Goutiplet contemplait cette ambiance morose depuis sa fenêtre ce matin la. Il vivait au premier étage, et sa fenêtre donnait sur une ruelle assez étroite. Celle-ci donnait quant à elle sur l’un des canaux d’un côté, et sur la place de l’église de l’autre. Cela faisait trois jours que le brouillard envahissait la Venise et la tension en ville augmentait petit à petit. Ce brouillard blanc donnait un sentiment d’enfermement, en plus d’influer sur le climat déjà trop froid pour la saison… En général, le brouillard se dissipe sous l’action du rayonnement solaire. Mais ce brouillard n’en faisait qu’à sa tête et ne semblait rien avoir de naturel.

Chez Goutiplet

Chapitre 2

Comme chaque jour de la semaine, je rejoignis Goutiplet dans sa demeure. Je n’eus croisé personne sur mon chemin, ou peut-être avais-je aperçu des silhouettes de l’autre côté de la rue…

J’avais coutume de le rejoindre le matin en lui apportant les nouvelles et le courrier. De cette manière nous voyions ensemble les lettres des clients particuliers. Ou régulièrement d’ailleurs du commissaire qui requérait l’aide de détectives privés réputés. Ces derniers consultant sur certaines affaires assez compliquées. Nous nous étions fait un nom dans ce domaine grâce aux capacités de déductions de Goutiplet, qui m’impressionnaient je dois dire un peu plus chaque jour. Il avait d’un côté un mémoire très fiable, avec une très longue longévité, et de l’autre une logique et une compréhension du monde à toutes épreuves. Ajoutez à cela son expérience dans le domaine : il avait 58 ans dont 42 ans passés à enquêter sur tous types d’affaires.

Le canal près de chez Goutiplet

Goutiplet découvre l’affaire

Chapitre 3

Nous lûmes ensemble les lettres en commençant par les courriers recommandés du commissaire de police, puis en finissant par les particuliers. Enfin nous décidions comme à l’accoutumée les affaires intéressantes et nous répondions aux choisies. Cette fois-ci, nous avions choisi une enquête officielle assez mystérieuse. La police avait commissionné une dizaine de détectives privés sur des disparitions répétées à bord d’un paquebot de croisière. Ce dernier, construit 5 ans auparavant, se faisait arrêté à chaque voyage par les autorités à cause de disparitions en mer. Il y en avait toujours une. Ces disparitions, comme vous vous en doutez, n’ont pas vraiment eu un effet positif pour la compagnie de croisière, et la constance de ces disparitions aurait pu rendre ce paquebot complètement inutilisable, si ces disparitions avaient été rendu publique… Ces disparitions étaient gardées secrètes pour des raisons économiques, décision évidemment très discutée à l’époque.

La police avait prévu d’organiser un voyage avec de vrais touristes et d’y intégrer une d’intervention de police et une dizaine de détective. C’était une sorte de dernière chance pour ce bateau, car si à l’issue de ce voyage nous n’eussions pas obtenu quelque information que ce soit sur ces disparitions, le bateau se verrait abandonné et démantelé par la police.

Cap vers Athènes

Chapitre 4

Nous avions pu nous imprégner de l’affaire plus en détail. Les profils des disparus étaient disparates et dénués de toute cohérence. Les membres de l’équipage étaient différents à chaque voyage et il semblait presque exclu que ces disparitions soient provoquées par des humains. D’aucuns pensent que cette histoire ne connaît pas de cause et est entièrement le fruit du hasard. Quant à lui, Goutiplet n’émettait aucune hypothèse, et d’après mon expérience,  et même d’ailleurs de manière générale, lorsque Goutiplet n’hypothèse pas, c’est que l’affaire va prendre une tournure irrationnelle.

Nous étions en partance pour Athènes selon les ordres du commissaire de police et nous avions quartier libre pour découvrir ce qu’il se cache derrière ces disparitions. A ce moment la, je me rendis compte que Goutiplet était le seul à prendre en compte le fait qu’il pourrait lui-même disparaître durant ce voyage lorsqu’il m’a demandé de prendre les précautions nécessaires. En tant qu’ancien officier de police, j’étais qualifié pour cela et mon vieil ami détective m’avait laissé quartier libre sur ce point. Nous étions installés dans les chambres les plus cher du paquebot et le voyage allait durer 4 jours.

Goutiplet : début de l’enquête

Chapitre 5

Le matin de notre départ, Goutiplet et moi étions sur la terrasse près de la poupe. Nous attendions le départ pour nous imprégner de l’ambiance à bord. Le brouillard était toujours là, et les touristes n’avaient aucune idée de ce qui se tramait. La situation en elle-même était scandaleuse, mais je ne me sentais étrangement pas concerné par leur sécurités. Bien qu’au fond de moi même, j’avais envie de décaniller le plus rapidement possible, et j’improuvais totalement le choix du commissaire quant à l’invitation de touristes.

Goutiplet avait déjà commencé à observer les gens avant notre départ, avec un attention particulière aux personnes sur le quai. Il y avait peu de gens restant sur les terres. Le bateau commençait à s’éloigner, et Goutiplet me fit remarquer la présence d’un homme grand, qui semblait impécunieux et vétuste.

Le départ

Chapitre 6

Cet étrange homme, très grand, avait le regard vide, orienté tout de même vers le bateau. Il ne semblait pas accompagné et le motif de sa présence était très obscure. Goutiplet le fixait du regard jusqu’à ce que le brouillard eût caché la silhouette de ce mystérieux homme. A ce moment la, nous allâmes visiter les grandes places du bateau, car nous allions vivre comme de vrais touristes pendant le premier jour.

Le brouillard ne se dissipait pas, comme s’il s’étendait sur le monde entier. Durant la journée, nous entendîmes de l’équipage de bord que le brouillard s’était dissipé à Venise… La encore, le hasard aurait pu y être pour quelque chose… Mais tout portait à croire que le brouillard suivait le bateau.

Une rencontre inattendue

Chapitre 7

Après avoir visité le bateau, nous nous rendîmes tous, passagers, au devant du bateau. L’équipage nous souhaitait une dernière fois la bienvenue avant de nous laisser vaquer à nos occupations. C’est à ce moment là que nous fîmes une rencontre pour le moins surprenante. Se tenait derrière la foule de passagers un homme correspondant trait pour trait à l’homme que nous voyions s’éloigner sur le quai. D’apparence pauvre, regard vide, délaissant son apparence

FIN, pour le moment

Mentions honorables

Un grand merci à Nicolas, et son article sur la cuisine, pour nous avoir soutenu, et à Thomas, et son article sur les générateurs de textes, contemporain de moi-même – 2019

10 Comments

  1. […] collaboration avec Vincent qui m’as soutenu pour l’écriture de cet […]

  2. […] , je ne l’oublierai jamais ; ce sont de petits goutiplet. Désireux surtout de retrouver son poids normal, et ce peu est pour la remplir, pour signaler avec sa goutiplet les agitations de mon esprit, […]

  3. Alphonse Brown dit :

    Je suis passionné par votre histoire ! Je ne m’attendais pas à lire quelque chose d’aussi bien écrit ici… Rien à dire, bravo

  4. Joseph Borger dit :

    C’est vraiment sensass’.
    Bize depuis Hambourg

  5. Eleanor Balthazar dit :

    C’est vraiment une histoire de botch qui retourne le cerveau

  6. Daryl Tomason dit :

    Prenant.

  7. Pierre Perret dit :

    C’est fou ça !!!

  8. james blunt dit :

    correct

  9. Anto dit :

    Superbe histoire, hâte de lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *