COVID-19 : 3 évolutions du marché du parfum

4L Trophy : deux Iscomiennes se lancent dans la course !
30 octobre 2020
La Vanlife, une nouvelle façon de voyager librement
30 octobre 2020

COVID-19 : 3 évolutions du marché du parfum

Depuis maintenant plusieurs siècles, le parfum est créé et commercialisé tout autour du monde, mais avec l’apparition de la COVID-19 dans notre économie moderne, le marché du parfum connaît une toute nouvelle dimension.

Vente de parfum en magasin face à la COVID-19

Afin de comprendre le fonctionnement actuel de ce marché, on peut se pencher sur l’historique du parfum. La notion moderne de parfum est définie comme étant une odeur que l’on décide de porter. Afin de se parfumer de couvrir une odeur. Ou et alors une absence d’odeur avec une senteur agréable. Elle est parfois vouée à susciter une réaction ou simplement utilisée à des fins cosmétiques. Les premières apparitions de la parfumerie moderne  peuvent remonter à l’Egypte ancienne puis à la renaissance avec une utilisation cosmétique de celui-ci. C’est seulement aux alentours du 19e siècle que le marché du parfum apparaît avec la fondation des premières maisons de parfum. L’apparition de ce nouveau marché dans l’industrie du luxe offre une perspective du marketing qui lui est propre. Mais avec l’apparition de la COVID-19,  le secteur, pour assurer sa survie devra s’adapter aux nouvelles moeurs imposées par la crise sanitaire.

On sait qu’à ce jour, l’essentiel des ventes de parfums sont réalisées après test en surface de vente ou distribution d’échantillons. Les campagnes marketing autour des parfums sont quant à elles réalisées dans un but plus institutionnel.  Cela a pour but de donner une dimension différente, un caractère, une personnalité au produit. Cette dimension n’est pas à négliger puisqu’elle est à l’origine du lien affectif entre les consommateurs et le produit. Ainsi avec la crise sanitaire due à la COVID-19, les grandes maisons de parfum ont l’obligation de s’adapter et d’adapter leurs techniques de ventes aux nouveaux comportements de consommation imposées par les mesures restrictives.

 

On reconnaît cette adaptation à la COVID-19 au travers de 3 évolutions majeures observables dans l’industrie du parfum. 

La première évolution on peut la distinguer dans les techniques de ventes. Aux vues des dernières mesures imposées le déplacement dans les lieux de vente s’est retrouvé limité puis à ce jour impossible. Les distanciations sociales ont bouleversé l’expérience client en boutique. Plus de testeurs sur les comptoirs, il faut s’adresser aux conseillers pour obtenir un échantillon.  Voilà de quoi bouleverser les habitudes des consommateurs. Mais aussi gâcher un peu le plaisir de nos vagabondages olfactifs. Toute l’économie de ce marché repose sur la vente en ligne. Cependant sans avoir pouvoir tester le produit le frein d’achat est maximisé. 

 

Sentir le parfum d'une fleur avec la COVID-19

Ce qui entraîne la deuxième grande évolution qui va se retrouver dans les techniques de promotions. Ou comment établir de nouvelles stratégies de communication cette fois à but commercial. On observe la hausse d’utilisation du mailing postal. Créer des emails parfumés.  Les maisons de parfum sont prêtes à sauter le pas pour diffuser un parfum à partir de notre smartphone ou notre ordinateur.  Mais aussi de la diffusion de testeurs en coupure de presse. Ainsi que de nouvelles techniques créatives capitalisant sur l’image de marque. Ou encore de causes caritatives défendues par les marques (octobre rose).

 

 

 

 

Utilisation d'un parfum face à la COVID-19

La dernière évolution est en quelque sorte indépendante des maison de parfum. Mais plus des consommateurs puisqu’il relève de son lien avec le produit. En effet, la perception de ce produit par le consommateur peut se retrouver altérée par l’impossibilité de le découvrir. Mais aussi de l’essayer et d’échanger à son sujet. En clair un consommateur qui se retrouve à acheter du parfum sans l’avoir essayé au préalable ou sans avoir eu de retour concernant le test de ce produit par son entourage proche est susceptible de refuser de prendre le risque de consommer.

 

Et pour plus de contenus abonnez-vous à la newsletter.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *